Zoom sur l’automédication

L’automédication est depuis bien longtemps maintenant entrée dans les mœurs. Le fait est qu’il existe plusieurs milliers de médicaments qui peuvent être délivrés sans ordonnance en France. Mais qu’est-ce que l’automédication en réalité ? Automédication n’est pas autoprescription, qui, elle, consiste à utiliser des médicaments prescrits ultérieurement.

Se soigner soi-même : mode d’emploi

L’automédication, c’est le fait de se traiter soi-même, avec des médicaments en vente libre. Là où il faut être prudent, c’est que certains de ces remèdes sont dépassés, inutiles, dangereux et bien souvent inefficaces. C’est le cas de certains antidépresseurs, de médicaments anti-douleur ou ceux censés traiter les indigestions. Par ailleurs, des médicaments n’en sont pas puisqu’ils sont composés de manière complètement aberrante : il y a des laxatifs qui contiennent des produits constipants et des somnifères qui, eux, contiennent des laxatifs…Et puis, il y a les médicaments qui sont franchement dangereux en automédication. C’est le cas de certains antithyroïdiens de synthèse ou d’antiarythmiques ou des antiparasitaires. Tout cela prouve, s’il en faut, que l’automédication n’est pas sans danger, et qu’il faut être particulièrement vigilant lorsqu’on veut se soigner soi-même.

Que doit-on avoir pour de l’automédication ?

Dans son armoire à pharmacie, on doit avoir bien sûr des compresses, du sparadrap, un thermomètre, du coton et de l’alcool à 70°C. Puis, du paracétamol, du sérum physiologique en dose unitaire, de l’antiallergique, du sirop contre la toux, du laxatif doux, de l’antiseptique intestinal, de l’antidiarrhéique, de la tulle gras et de l’antihémorragique. Par exemple, pour des articulations douloureuses, si elles sont dues à un traumatisme, le meilleur moyen de les soigner, c’est de les laisser au repos, avec ou sans bandage. Si elles sont causées par l’arthrose, du paracétamol peut calmer les douleurs ou de l’ibuprofène. S’il n’y a pas d’amélioration, il faut aller consulter.

En cas de brûlures, comment se soigner tout seul ?

Si les brûlures sont banales, il faut juste immerger rapidement la zone touchée dans de l’eau froide pendant une quinzaine de minutes pour calmer la douleur, réduire l’inflammation et limiter la profondeur de l’atteinte. Il faut ensuite appliquer de la crème calmante dessus, du type Biafine. En cas de cloques, il faut aussi refroidir sous l’eau mais tout de suite après, déposer dessus une couche de tulle gras recouverte de compresses stériles. Puis, prendre du paracétamol et consulter. Mais si la brûlure est grave, il faut refroidir immédiatement sous l’eau et consulter en urgence.

Et si on est constipé, comment se passe l’automédication ?

En cas de constipation de l’adulte, il faut boire entre 1,5 à 2 litres d’eau par jour et puis consommer des fruits et légumes pendant les 2 principaux repas et marcher. Et si cette automédication ne fonctionne pas, prendre des laxatifs doux. Si ce problème de santé survient chez une personne normalement réglée, une consultation s’impose. Si c’est un nourrisson qui souffre de constipation, si son âge le permet et bien sûr, avec l’accord du pédiatre, le mettre aux légumes peut aider à expulser rapidement et normalement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2018 - Sapeurpompier.net - Tous droits réservés